Les Zenergies

Mon histoire

©2021 Les ZenergiesAncienne cartésienne, il m’est arrivé des phénomènes que je n’ai plus pu expliquer par des faits rationnels, ni pu mettre sur le compte de la fatigue. Me voilà donc entrée dans le monde des “illuminés” !

 

D’éducatrice de jeunes enfants et directrice de structures depuis 14 ans, me voilà médium intuitive, libératrice et guérisseuse.

 

Mes perceptions passent par le biais de l’intuition, du clair ressenti, de la clairvoyance, du clair’odorat, de la corp’mmunication, de canalisations énergétiques diverses (holistique, élémentales, planètes/étoiles, …) et de la lecture de la matrice (il s’agit des lignes de code sur la matière). Je suis passée par l’énergie des pierres, des éléments et de l’invisible par des formations et des expérimentations variées depuis 2019.

 

Et sur le plan humain ?

 

Pendant des années, j’étais mal à l’aise dans mon corps, en obésité, la nourriture remplissant affectivement parlant, depuis des générations. 

 

J’étais mal dans ma peau; elle est devenue atopique, psoriasis, tâches et cicatrices… je me suis privée de plaisirs simples comme aller à la piscine, me faire masser, et même simplement mettre une jupe ou un pantacourt en été. Par peur du jugement, parce que j’ai déjà croisé des regards qui en disaient long et des grimaces, des réflexions désobligeantes d’inconnus et de proches dès l’enfance, je me suis privée de vivre, et privée de confort.

Ce n’est qu’a 29 ans que je commence à mettre un maillot de bain (et deux pièces !) sans trop me sentir mal. A 31 ans je deviens maman, mon corps passe par deux grossesses dont une césarienne. Cela me permet de faire connaissance avec les “joies” de ces nouvelles transformations physiques.

 

A 33 ans, entre mes deux grossesses, je lâche prise et je commence à “faire avec mon corps” et à m’autoriser à aller au spa et à découvrir un plaisir pour le hammam.

Pendant et après une deuxième grossesse, je perds 30 kilos à force de sport, d’efforts alimentaires et de mal-être aux côtés d’un gaslighter (la pire des formes de pervers narcissique), jusqu’à ce qu’apparaissent des violences. Dans le même temps, en congé parental, je cherche à mettre du sens et de la substance dans ma vie. Je commence une activité de vendeuse à domicile dans des produits de bien-être du quotidien labellisés écoresponsables. J’ai envie de prendre soin de moi et d’aider les autres à prendre soin d’eux.

 

Lors d’un congrès, je fais l’expérience d’une canalisation avec mon grand-père maternel décédé quand j’étais petite, si petite que je ne me rappelle même pas de lui. Je ressens des vagues de fraicheur, pétillantes, glacées, qui me traversent et s’intensifient tels des rouleaux. Je ne pleure jamais mais je verse des torrents de larmes et me suis mise à rire aux éclats, sans que la moindre émotion ne soit mienne : l’âme de mon grand-père est si heureuse et touchée que je la ressente et que je comprenne enfin sa présence : il a patienté 34 ans. Dès lors, chamboulée, je décide d’explorer le monde des “illuminés” en commençant gentiment par les énergies des pierres.

 

Je commence à penser à moi, je divorce et je revis.

 

Cartésienne malgré tout, un peu effrayée par cet invisible dont je prends conscience et bouleversée par cette expérience, j’ai besoin de me raccrocher à quelque chose de tangible. Curieuse, j’explore de fil en aiguille différentes approches et supports dans les domaines énergétiques. 

 

Et une fois conforme aux standards de beauté, dans mon petit 38 ?

Banco : j’attire une autre forme de pervers narcissique ! 

Il y en a 8 en tout. Et non, je ne les ai pas tous fait !

 

De plus en plus réceptive, empathe qui s’ignore, je cède alors sans le savoir à ce qui s’est révélé être l’emprise mentale d’un homme toxique et manipulateur (tyran/victime/sauveur), habité spirituellement parlant par un être néfaste. 

 

Cela dure jusqu’à ce que je fasse un véritable travail de Shadow-Work que je ne saurais que recommander chaudement à tout être humain. Cela permet de faire face à ses propres ombres et parties négatives, à les accepter, les apprivoiser, les comprendre pour les guérir, les réintégrer, s’équilibrer… en devenant autonome dans sa propre guérison. De façon définitive.

 

Et du coup, après ces passages, j’ai pris conscience de ma force en discernement et en libération !

Et j’ai pris mon espace (et mes kilos).

 

A 37 ans, je rencontre mon compagnon. C’est une personne soutenante, aux côtés duquel je suis libre d’être, tout simplement. C’est un bon indicateur d’équilibre dans une relation ; là où l’autre s’octroie tout l’espace, où la seule place que vous pouvez prendre sans déranger – et en vous battant – est non la vôtre mais celle qu’il reste autour de la sienne : partez.

Vous méritez mieux.

 

A présent ? mon poids, la plupart du temps, je m’en fous. Je remercie mon corps qui m’a montré physiquement parlant que s’approchent les mauvaises personnes, puis qu’elles s’écartent de moi dès que je prends de l’espace. Et qui me montre à ce jour que les bonnes personnes restent quelle que soit la place que l’on prenne.

 

Le corps s’exprime de bien des façons, il a son propre dictionnaire et peut vous le transmettre si vous y êtes attentif.

 

C’est ce même amour que j’ai envie de vous partager. Et cette gratitude pour le corps et la beauté de l’âme, peu importe son vécu, que j’aime transmettre pendant un massage ou un soin énergétique.

 

Mon parcours devient un atout dans les soins et l’accompagnement. J’ai mené un gros travail de développement personnel et de communication. En plus, je sais avoir de l’humour, et poser les questions dérangeantes quand c’est nécessaire, pour vous permettre d’avancer vers vos choix.

 

Je suis une vraie bosseuse, entière, nature, bienveillante, empathique et maternelle. Et j’ai appris à mettre les formes et à tenir compte de la personne face à moi, et tout ça sans tourner autour du pot.

 

Si vous n’êtes pas venu enfiler des perles, et même si vous avez un peu peur d’avancer, je vous correspond.

Si vous n’êtes pas prêt à changer votre vie, passez votre chemin.